Retour à l'accueil
Accueil Aide Rechercher Calendrier Identifiez-vous Inscrivez-vous
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Avez-vous perdu votre courriel d'activation?
17 Décembre 2018 à 03:48

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Règlement | Grades du forum | L'équipe de modération | Album photo | Chat
Rechercher:     avancée
Forums Zelda Solarus  |  Autres  |  Divers  |  Sujet: Végétarisme, végétalisme et autres végémachins 0 Membres et 1 Invité sur ce sujet.
Pages: [1] Imprimer
Auteur Sujet: Végétarisme, végétalisme et autres végémachins  (Lu 2898 fois)
Supersigo
Gerudo
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 119


You've met with a terrible fate, haven't you?


« le: 17 Novembre 2014 à 00:05 »

Dernièrement, j'entends beaucoup parler du végétarisme et de ses variantes dans mon entourage et je me suis mis à y penser sérieusement. Mais à bien y penser, je pense que ce n'est pas une si bonne chose qu'on le dit, autant au niveau moral, environnemental que médical.

Bon, d'abord au niveau environnemental, on coupe des tonnes de forêts rien que pour construire une ferme, et dans ces forêts il y a plein d'animaux qui finissent par mourir. Et même quand on ne coupe pas d'arbres, les champs comprennent des millions de petits animaux et de micro-organismes. Pourquoi leur mort serait-elle moins grave que celle d'un gros animal? Et puis, même les végétaux réagissent à des stimuli, ce qui est comparable à de la douleur. Je trouve que c'est de l'anthropocentrisme. Les gens sont dominés par leurs sentiments. Oui beaucoup d'animaux sont maltraités et produisent beaucoup de gaz à effet de serre, mais il existe des fermes biologiques... Même qu'il existe déjà de la viande in vitro.

Je vous invite à consulter cet article : http://www.iflscience.com/plants-and-animals/ordering-vegetarian-meal-there-s-more-animal-blood-your-hands

Finalement, au niveau médical, il n'y a encore aucun consensus. De plus, l'homme a toujours été omnivore (l'ajout de la viande dans l'alimentation de l'homme préhistorique lui a d'ailleurs permis d'acquérir une plus grande intelligence) et il n'est pas le seul animal à manger de la viande. On peut aussi regarder la forme de ses dents et de son caecum. Et puis, si on devenait tous végétariens du jour au lendemain, beaucoup de gens mourraient de faim et beaucoup d'animaux périraient aussi.

Et je ne parle pas des goûts alimentaires, des allergies, des problèmes médicaux et financiers, de l'accessabilité...

Je respecte bien entendu tous les végétariens, mais pas nécessairement leur philosophie.

Je vous invite à poursuivre le débat.
« Dernière édition: 17 Novembre 2014 à 13:52 par Supersigo » Journalisée
Antevre
Sheikah
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 083


ts;dr


« Répondre #1 le: 17 Novembre 2014 à 09:30 »

Très honnêtement, c'est un débat qui me touche assez peu. Je pense qu'aucun des deux camps ne peut avancer d'argument véritablement déterminant, et ce ne sont pas les nombreuses projections plus ou moins fantaisistes sur l'avenir que l'on présente d'un côté comme de l'autre qui éclairent véritablement le problème.

Ce qui me dérange plus, c'est justement que ce débat ait lieu alors que l'accès à la nourriture est très inégal dans le monde. Je trouve même ça indécent, en fait, il y a un vrai problème de priorités. Avant de s'apitoyer sur les pauvres vaches qui nous regardent de leurs yeux humides de bovins attardés sur le tapis roulant vers l'exécution, apitoyons-nous sur les gens de notre propre espèce qui sont tellement affamés qu'ils pourraient les manger vives s'ils en avaient l'occasion. Apitoyons-nous sur un système basé sur l'inégalité entre les êtres humains alors même que l'on produit plus qu'il n'est techniquement possible de consommer. C'est la première chose qui me vient à l'esprit lorsque l'on me parle de végétarisme. Quand tout le monde pourra avoir un morceau de la vache, il sera temps de réfléchir sérieusement à notre régime alimentaire.

Autre chose qui me dérange, c'est que le choix du végétarisme est bien souvent un choix négatif. Un jour ou l'autre dans leur vie, ces personnes prennent conscience qu'ils mangent un autre être vivant qui a été tué dans le seul et unique but de remplir leur estomac, et ça les choque, traumatise, dégoûte, et ils refusent d'encore manger un jour un être vivant (avec plus ou moins de latitude selon le choix fait, végétarisme, végétalisme, etc.). Je n'appelle pas ça faire un choix de vie, ni militer. Ca, c'est se mettre la tête dans le sable. C'est nier purement et simplement que chacun des êtres humains présents sur cette planète est le produit de générations et de générations de viande animale, fournie par la chasse puis par l'élevage, et jamais avec le consentement de la bestiole mangée. L'être humain mange de la viande, peut-être pas nécessairement parce qu'il est génétiquement programmé pour, peut-être parce que l'accès aux ressources naturelles n'a pas toujours été ce qu'il est maintenant, mais qu'est-ce que ça change ? L'être humain, comme de nombreux êtres vivants, est capable de tuer sciemment pour sa survie, et même d'ingérer du vivant. Je pense qu'il faut l'assumer. Pas nécessairement l'accepter, mais l'assumer, être capable de s'enfiler un steak en se disant qu'autrefois c'était vivant, que cette vache était autrefois un être sensible, capable de ressentir le monde autour d'elle, qu'elle est née de deux autres bovins dans le seul but de finir dans notre assiette. Ce n'est pas répugnant. Triste, peut-être. Révoltant, à la limite (même si comme je l'ai dit je pense qu'il y a d'autres choses plus révoltantes pour nous humains qui devraient se trouver bien plus haut dans notre échelle de priorités). Inacceptable, si vous voulez. Mais pas répugnant, pas dégoûtant. Même si l'on est évolués, l'on reste avant tout des animaux concernés en priorité par notre survie, ne pas l'accepter c'est trahir nos ancêtres ayant lutté pendant des millénaires pour en arriver jusqu'à nous. Après, et uniquement après que cela soit intégré et compris, l'on peut discuter sur le fond du débat, sinon c'est de l'hypocrisie.

Donc en gros perso je m'en balance. Je ne pense pas que ça soit actuellement une solution sur le long terme, et ce n'est absolument pas une priorité pour moi. Je préfère qu'on tue un animal pour s'alimenter que pour le plaisir du sport, ou par négligence ou mépris, comme cela arrive très souvent sans même que l'on s'en rende compte.
Journalisée

Wouf
Hylien
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 116


C'est la faim !


« Répondre #2 le: 17 Novembre 2014 à 13:09 »

Je suis d'accord avec Antevre et j'irai même encore plus loin x')
Beaucoup de vé (*) le font par sensiblerie ou par effet de mode.

* -gétarien/-gétaliens/-gans (biffez la mention inutile)

Deux personnes qui arrivent au même choix n'ont pas néccessairement parcouru le même chemin. Les mettre dans le même paquet serait absurde. Il m'arrive de respecter un choix contraire au mien, tout en niant ceux qui partagent le mien Mister Green

Et ça vaut aussi pour l'écologie, le bio, la peine de mort, ...

Le problème se pose quand les uns sont persuadés de faire l'unique bon choix et se croient investis d'une mission de sensibilisation envers les autres, perçus comme des hérétiques. Et puis ça se permet de critiquer certaines religions ... x')

Un choix devrait avant tout s'en tenir au parcours personnel et non subir l'influence de croisades exponentielles qui cultivent un sentiment culpabilité et qui s'imposent à nous comme un odieu chantage : choisis ton camps, rejoins tes amis fb :poteChrist:
Pour des jeunes en quête de followers ou de contacts sociaux, dur de choisir la voie du seul contre tous ! hésite

Déjà ça, j'aime pas !

Ensuite, c'est clair qu'on a d'autres problèmes à régler ... D'un autre, certains avancent qu'un changement de régime alimentaire pourrait favoriser un partage un peu plus équitable des ressources. Ca ne me paraît donc pas si honteux que ça de s'y attarder un peu. Tout dépend des arguments avancés ... Certains sont spirituels, d'autres plus pragmatiques. Encore que la frontière soit différente d'un individu à l'autre.

Un exemple simple :
- les animaux souffrent
- ce n’est pas parce que les végétaux ne crient pas qu’ils ne souffrent pas

Il n’y a pas si longtemps, on aurait dit, bah, c’est qu’un animal, osef (et donc inférieur à l’homme). Maintenant, certains compatissent envers les végétaux et micro-organismes. D’autres comme Antevre, peuvent faire preuve de compassion tout en établissant une liste de priorités humanistes. D’autres sont profondément dégoûtés par l’homme, se sont totalement désintéressés du sort de l’humanité ; ils préfèrent venir en aide aux pandas. Avec des priorités si différentes, il est difficile de définir une frontière d’action tire la langue

D’un point de vue plus personnel, c’est le gaspillage que je condamne. Certains végans arguent que l’élevage consomme beaucoup de céréales et d’eau. Beaucoup plus que nous en aurions besoin en les consommant directement. C’est un point qui attire mon attention, tout comme la consommation d’insectes. Cependant, quand je vois la quantité de viande qui pourrit dans les rayons et dans nos assiettes après le repas, là je bloque ! Et qu’on vienne jeter de l’eau de Javel sur les poubelles des supermarchés pour empêcher les sdf de récupérer ce qui s’y trouve … Alors là, je dis bravo ! Nos agriculteurs qui déversent des quantités de lait dans les champs pour manifester, Hourra ! Là, on a gaspillé des céréales à nourrir des bêtes !! Et je suis désolé, mais devenir végétarien ne changera rien à ce gaspillage ; on gaspillera juste autre chose. Le problème est encore et toujours le même : notre consommation. On veut toujours plus. Et ceci inclus l’argent. Du coup, il faut que tout soit rentable. Et gaspiller un certain pourcentage, c’est souvent plus rentable que d’y faire attention pour les fournisseurs. Et nous, nous consommons en suivant le mouvement : "au pire, si on le mange pas, c’est pas grave, c’est pas cher !" Pareil pour les appareils électroniques. Tant du point de vue du consommateur, que du fournisseur. L’obsolescence programmée est l’exemple même du gaspillage au profit de l’économie. Paradoxal comme phrase non ? ninja

A la limite pourquoi pas! Inspirons-nous du vivant : lui aussi déclare un être vivant obsolète pour le remplacer par un autre (ben nan, l’obsolescence programmée n’est pas contre nature Mister Green).  il recycle les ressources limitées en dégradant l’énergie lumineuse en chaleur. Le soleil ne va pas moins briller parce qu’on consomme l’énergie qu’il nous envoie à chaque instant. Tant que le débit de consommation énergétique est inférieur ou égal au débit lumineux reçu et utilisable, il n’y a pas de gaspillage de notre part (l’énergie est quand même dégradée, avec ou sans nous). En revanche, le vivant maitrise très bien ses cycles d’eau et de carbone. C’est une condition nécessaire. Ce n’est pas vraiment notre cas. Nous réalisons de plus en plus d’éléments composites, sans pouvoir réellement les décomposer et les recycler dans de nouveaux produits. Nos déchets s’amoncellent, on les cache, on les vend, on les brûle. Mais on les réutilise très peu et on pollue notre biotope. Bref, l’obsolescence programmée, pourquoi pas, mais pas pour l’instant : on a encore de nombreux progrès à faire en terme de décomposition (contrôlée, moins toxique) et de recyclage.

tldr;

Pour conclure, je participe à ce débat en donnant mon avis : ma priorité est tout autre, j’essaie de faire gaffe à mes habitudes de consommation en termes de quantité. J’approuve tant les vé- que les autres à la condition que leur choix soit issu d’un cheminement intérieur et non influencé par la mode ou la sensiblerie. Les autres ne m’inspirent pas plus de compassion qu’un paquet d’atomes tire la langue
Journalisée

Marre des pavés ? Marchez dans la boue!
ハハ、あなたは私の罠に落ちた!
Morwenn
Sheikah
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 266


And so what?


WWW
« Répondre #3 le: 17 Novembre 2014 à 14:47 »

Un bon vieux débat à l'ancienne, ça faisait longtemps ! rit aux éclats

Comme toujours, quand ça touche à ce genre de sujets de société, on peut s'attendre à voir se déchaîner des passions ; ça peut être marrant. Personnellement, j'ai des avis tout à fait contradictoires sur la question et ça risque fort de se ressentir dans la suite de ce post.

Je connais un certain nombre de végétariens (il ne me semble pas connaître de végétaliens ou vegans) ainsi que de personnes à tendances végétariennes ou bien qui ont été végétariennes mais qui ne le sont plus. J'ai pu entendre bien des discours différents sur le parcours qui les a menés vers ce choix : questions économiques, écologiques, éthiques, idéologiques, etc... Certains n'ont par exemple rien contre les produits issus de la chasse mais évitent la viande industriel, la raison invoquée étant la façon dont est généralement traité le bétail, à savoir qu'il est élevé en batterie pour être tué, sans aucune opportunité de pouvoir faire quoi que ce soit d'intéressant de sa vie (tandis qu'un animal mort par la chasse aura probablement eu le temps de faire bien des choses avant de manquer de chance).

Une chose qu'on ne peut nier est qu'en effet, les raisons idéologiques/éthiques invoquées - je ne parle pas ici des raisons religieuses - on généralement à voir avec notre capacité d'empathie envers un animal donné. C'est bel et bien de l'anthropocentrisme ; mais bon, étant moi-même pas mal égocentriste et préférant défendre ce qui me ressemble ainsi que les idées qui ressemblent aux miennes, je n'irai pas blâmer l’anthropocentrisme. À vrai dire, je préfère de loin que la viande que je mange soit au préalable bien transformée et ne ressemble plus en rien à l'animal d'origine. Je ne m'en cache pas, si je devais récolter et/ou transformer moi-même ce que je mange, je serais très probablement végétarien ; les barrières éthiques et psychologiques tombent bien plus facile quand ce qu'on me présente dans mon assiette ne ressemble plus en rien à source d'origine - ce n'est valable que pour la nourriture d'origine animale.

Après, concernant les avantages économiques/écologiques, il est clair que la production de viande requiert bien plus de ressources que la production de fruits ou de légumes. C'est un argument qui pourrait avoir un certain poids si, comme le dit Antevre, on ne passait pas notre temps à gaspiller un pourcentage non négligeable de ce que nous produisons. Quoique se passer de viande au niveau mondial permettrait probablement de continuer à gaspiller autant tout en nourrissant plus de gens, mais c'est loin d'être une solution élégante. Mais bon, si on pouvait régler en un claquement de doigts les problèmes de gaspillage tout en continuant à garder une économie qui fonctionne et une part négligeable de mécontents, ce serait fait depuis bien longtemps.

Par contre, ce qui a tendance à m'agacer, c'est la place accordée à la viande dans notre société : ça a pendant longtemps été un aliment « de luxe » (ben oui, déjà à l'époque ça coûtait cher pour peu que tu ne chasse pas), si bien qu'une fois que l'accès à la viande est devenu plus aisé pour tous - dans le monde occidental du moins -, la consommation de viande est devenu un « acquis » et beaucoup jugent qu'il est impossible de s'en passer. Je ne dis pas qu'il faut s'en passer, mais je connais un certain nombre de personnes qui ont tant assimilé la présence constante de viande à table qu'ils estiment qu'un repas sans viande n'est pas un repas. Quand je cuisine - oui, ça m'arrive occasionnellement - et que j'entends dire « il n'y a pas de viande ? », ça a généralement tendance à m'agacer. Car oui, un bon gros plat de pâtes avec des morceaux d'ognon, de poivron et de carotte - le tout suivi d'un bon plateau de fromages - peut suffisamment rassasier sans qu'il y ait forcément besoin d'y rajouter de la viande. J'aime la viande de temps en temps, comme tout un chacun, mais comme pour n'importe quel aliment je ne veux pas non plus que ça devienne une obligation. Surtout qu'on peut avoir d'autres ingrédients de bonne qualité pour le même prix que de la mauvaise viande Mister Green

Je reconnais que, sans être végétarien, je mange probablement moins de viande que la moyenne, pour la simple et bonne raison que je n'en ressens pas le besoin - et non, le « bon gros steak » ne battra jamais le plateau de fromages ; par contre, un saucisson sec au poivre et/ou aux noisettes... Les divers régimes végétariens et consorts, je les admets tant que les personnes qui les suivent sont capable de suffisamment les équilibrer pour éviter les carences et qu'elles ne les imposent pas aux autres. De mêmes que j'admets les régimes à base de viande tant qu'ils ne créent pas de problèmes de santé et qu'ils ne sont pas imposés à autrui.

Bref, j'ai l'impression d'avoir beaucoup parlé pour ne rien dire sans faire avancer quoi que ce soit. Bonne lecture :p
Journalisée

Daru13
Conseiller J-A
Héros
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 5 581


Photoshop addict


« Répondre #4 le: 17 Novembre 2014 à 18:41 »

Comme souvent il me semble, j'adhère fortement aux idées et arguments d'Antevre - ainsi qu'à quelques bouts de pavés d'autres membres par-ci par-là... tire la langue.

De manière générale, je n'aime pas l'idée d'un bridage dû à une barrière que l'on s'impose, subit, mentalement.
Dans le cadre de ce débat, cela couvre tous les arguments d'ordre éthique : par exemple, le fait de tuer un être vivant ou les conditions de vie puis de mort d'animaux destinés à être consommés. Non pas que je soutienne ces pratiques dans l'absolu, mais je ne me sens pas touché par cela en mangeant de la viande, tout en étant parfaitement conscient des exemples cités ci-avant.

Dans une autre mesure, je n'apprécie pas plus le refus de manger un aliment en fonction de "ce qu'il contient", dès lorsque l'on suppose que ça n'a pas de raison d'être particulièrement dangereux pour la santé (pas plus que d'autres aliments que l'on peut consommer couramment comme de l'alcool, des aliments très gras ou très sucrés, etc). Un exemple banal : les nuggets de poulet. Si on trouve ça bon et qu'on assume qu'il n'y a rien de particulièrement mauvais pour la santé à l'intérieur, si on trouve ça bon, je trouve ça très dommage de s'en priver parce qu'il pourrait y avoir tel ou tel morceau dedans, ou des os broyés, etc.

Bref, tous les arguments de cet ordre allant dans le sens du végétarisme et de ses variantes me semblent plus être une barrière que l'on n'arrive pas à franchir, mais qui ne nous apporte rien de plus, sinon la satisfaction de respecter des limites que l'on se pose. Et de mon point de vue, il est particulièrement dommage d'intégrer des principes allant à l'encontre de ce que l'on aime sans raison particulière, sinon qu'on se sent trop affecté par certaines choses pour briser ces principes qui n'auraient, sans lesdites choses, aucun sens pour nous.

En revanche, les arguments liés aux coûts (humains, ressources...) impliqués par la consommation de viande actuelle sont nettement plus intéressant, et pour ma part j'y suis bien plus sensible. Mais plutôt que les voir comme des raisons pour abandonner la consommation de viande, il est plus objectif (et intéressant :p) de mettre en avant la recherche liée à la création "artificielle" de viande (cf. la viande in vitro dont parle Supersigo par exemple) par exemple, ou encore aux techniques permettant d'améliorer notre production actuelle (réduire les coûts de tout ordre).


Pour résumer, je ne me sens ni touché ni emballé par tous les arguments faisant appel aux sentiments des personnes envers ce que subissent les animaux qui finissent dans notre assiette. Se brider pour des raisons morales, c'est bien dommage je trouve... En revanche, je pense que les arguments liés aux coûts de la production de viande aujourd'hui sont important, pas forcément nous limiter dans notre façon de consommer actuelle, mais plutôt pour nous montrer l'importance d'améliorer nos façons de faire dans le domaine !
Journalisée


    





Wouf
Hylien
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 116


C'est la faim !


« Répondre #5 le: 17 Novembre 2014 à 19:39 »

Oui, ça fait plaisir un petit débat à l'ancienne ^^
Et comme à mon habitude, j'ai tendance à m'éloigner du débat pour identifier des problèmes plus généraux x')

D'ailleurs, j'avais oublié de mentionner un argument : nos habitudes de consommation et le désir insatiable ne nous mène pas seulement au gaspillage, mais à un manque de respect plus général : conditions d'élevage, sur exploitation de terres mais aussi du personnel, ... Et je ne pense pas que manger moins de viande y changera grand chose. Est-ce que ça permettrait de nourrir plus de personnes ? A voir ... J'y vois plutôt une opportunité pour les producteurs : nourrir autant en exploitant moins de terres, ça signifie affecter la différence à une activité lucrative supplémentaire. C'est une vision très pessimiste, effectivement. Mais pas tant que ça, car je pense qu'elle ouvre une porte : s'il semble vain de vouloir changer le monde par la force, peut être que la solution est à trouver en nous même. Parce que notre désir d'évoluer vers un monde meilleur me semble tout aussi insatiable x')
Journalisée

Marre des pavés ? Marchez dans la boue!
ハハ、あなたは私の罠に落ちた!
A Link
Goron
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 399



WWW
« Répondre #6 le: 17 Novembre 2014 à 20:29 »

Il faudrait aussi un végétarien/talien pou donner son avis, parce que vous donnez les raisons en général, mais les choix de chacun diffèrent bien d'une façon ou d'une autre ninja

Je suis omnivore mais je comprends leurs choix, manger de la viande n'est pas indispensable aujourd'hui, on peut très bien vivre en bonne santé sans manger de viande, certaines personnes n'aiment pas le goût de la viande, d'autres veulent respecter le monde du vivant et/ou veulent combattre la façon dont les animaux sont élevés pour finir dans notre assiette, etc.
« Dernière édition: 17 Novembre 2014 à 20:32 par A Link » Journalisée
Supersigo
Gerudo
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 119


You've met with a terrible fate, haven't you?


« Répondre #7 le: 17 Novembre 2014 à 23:09 »

Moi aussi je m'ennuyais des pavés.^^ Et je dois avouer que je suis bien content de ce que je lis. Malgré maintes recherches sur Internet, j'ai eu beaucoup de difficulté à dénicher des arguments contre le végétarisme, tellement il y a de blogs et de sites qui en vantent les mérites (pas toujours de manière très cohérente, je dois l'avouer). Je suis donc content de pouvoir lire autant d'arguments intelligents et de pistes de réflexion intéressantes. C'est d'ailleurs exactement pour cette raison que j'ai créé ce topic.
« Dernière édition: 17 Novembre 2014 à 23:22 par Supersigo » Journalisée
Morwenn
Sheikah
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 266


And so what?


WWW
« Répondre #8 le: 18 Novembre 2014 à 00:32 »

En fait, si tu ne trouves pas beaucoup d'arguments « pour » la viande, c'est pour la simple et bonne raison qu'elle n'a que peu d'avantages par rapport à d'autres aliments d'origine non-animale à part son goût et le fait qu'elle présente un apport facile en protéines - cet apport en protéines peut être remplacé par d'autres aliments, mais il faut les connaître ; ce n'est pas aussi évident. En fait, la raison pour laquelle il y a débat, c'est parce que manger de la viande est un acquis et qu'on trouve des inconvénients à cette pratique. La raison principale pour laquelle les gens ne veulent pas abandonner la viande est parce qu'elle constitue un aliment goûté ; ça a beau être subjectif et culturel, beaucoup s'accordent sur ce point.

Si personne ne mangeait de viande, je doute qu'on lui trouverait tant d'avantages que ça. Dans une certaine limite, consommer ses prédateurs naturels permet de s'en débarrasser, mais force est de constater qu'il ne nous reste plus beaucoup de prédateurs naturels. Si on voulait tourner l'alimentation en arme, il faudrait réussir à faire de la cuisine des nuisibles une cuisine de qualité et dépasser des dégoûts culturels ; il suffit de voir le nombre de gens dégoûtés à l'idée de consommer des insectes ou des rats pour constater l'influence de la culture, au-delà même des considérations gustatives.
Journalisée

vlag67
Subrosien
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 233



WWW
« Répondre #9 le: 18 Novembre 2014 à 20:01 »

Citation
cet apport en protéines peut être remplacé par d'autres aliments, mais il faut les connaître ; ce n'est pas aussi évident.
Pour le coup, ça fait un moment que je cherche un article valable non partisan traitant de la chose.
J'ai encore énormément de mal à me dire que tous les apports de la viande peuvent se retrouver en quantité égales dans des végétaux, sans consommer une brouette à chaque repas.
Tu en aurais un à me conseiller ?

Citation
La raison principale pour laquelle les gens ne veulent pas abandonner la viande est parce qu'elle constitue un aliment goûté
En restant juste du coté idéologique, pour moi on fait partie d'une chaine alimentaire, et seul le premier niveau de maillon ne mange pas de viande.
Nos gènes se sont adaptés, et c'est ce qui fait ce qu'on est. Je trouve relativement con de le nier pour se convaincre qu'on est pas une mauvaise personne, ou parce que nos sensbilités ne nous le permettent plus.
Comme diraient certains, on s'arrête encore sur les conséquences, et non sur les causes.

Cela dit je serais le premier à devenir végétarien si je devais tuer les bêtes que je mange sourire
« Dernière édition: 18 Novembre 2014 à 20:04 par vlag67 » Journalisée
Djipi
Gerudo
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 934


Golock Créator...


« Répondre #10 le: 18 Novembre 2014 à 22:03 »

Ahhhh enfin un sujet/débat que je peux argumenter^^ C'est si rare que je participe (comment ça jamais ?)

Alors déjà , le débat est, je le pense sincèrement totalement inutile. Pourquoi?

Je pense que cette notion/idée/principe et autre terme que l'on peut donner au végétariens/liens/gan est personnelle.

Chacun doit être libre de faire et pratiquer ce que bon lui semble du moment qu'il n'y a pas l'envie d'imposer des choix.

Je vis moi même depuis plusieurs années avec à mes cotés une personne végétarienne depuis plus de 15 ans. C'est une choix personnel que je respecte et qu'elle ne m'impose pas. C'est pour elle une manière de ne pas participer à l'abattage honteux (utilisons se mot qui conviens totalement) dans les abattoir industriels (une raison parmi tant d'autre)

Bref , je ne veux pas épilogué sur c'est bien c'est pas bien ..... Je suis plutôt du genre chacun fait ce qu'il lui plait et je ne suis pas supérieur aux autre pour me permettre de juger. Chacun est libre de penser ce qui lui chante et faire de même.

Toutefois , je tiens quand même effectivement à ajouter que la viande n'est ABSOLUMENT pas nécessaire dans une alimentation courante. De très bon produit sont là pour aider les végé dans leurs choix .

Il n'est absolument pas nécessaire de vous dire que le SOJA ainsi que tous ces dérivé (sofinelle / tofu / protéine de soja / lait de soja ...) contient tout ce qu'il faut pour remplacer la viande sans aucune carences.

Ajouter les lentilles , certains laitages ect.... il y a de quoi faire.

Moi je mange de la viande que très rarement et quand j'en mange c'est ma moitier qui me l'a prépare pour dire que certains végé ne sont pas pour le martellage de crane et savent aussi respecter le choix des autres , et j'en connais beaucoup.

Voilà rien de constructif mais comme je suis dans la situation j'ai voulu y participer^^
Journalisée

Antevre
Sheikah
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 083


ts;dr


« Répondre #11 le: 25 Novembre 2014 à 12:21 »

Plein d'interventions intéressantes, ça fait plaisir^^.

Je vais pas réécrire un pavé pour décortiquer les propos de chacun (même si tout le monde a dit des trucs biens selon moi), mais par contre j'aimerais m'attarder sur ce que dit Morwenn qui m'a franchement parlé, sur la place traditionnelle de la viande dans notre société. C'est assez vrai, à mon sens, et je pense qu'en effet on a tendance à inclure systématiquement de la viande alors que ce n'est pas nécessaire, voire en faire souvent le centre du repas, du menu (d'ailleurs dans les restaurants la plupart du temps les intitulés des plats sont focalisés sur la pièce de viande ou de poisson). Alors que bon, en fait c'est un ingrédient parmi d'autres. Tout comme Morwenn et Djipi (il ne me semble pas que d'autres l'aient mentionné, dans le cas contraire je m'excuse tire la langue), je ne mange pas toujours de la viande, même si globalement j'en aime bien le goût. Je ne considère pas cela comme une obligation, d'ailleurs j'accorde bien plus d'importance au goût des légumes de mon plat, et aux féculents aussi du coup (FRIIIIIIIIIIITES !!!! ... ça faisait longtemps Mister Green). La viande ne faisant qu'apporter un contraste. Quand j'étais plus jeune, je me focalisais essentiellement sur la viande (et les FRIIIIIIIITES !!! Bon ok j'vais m'calmer là ninja), mais je pourrais plus aujourd'hui je crois. Par exemple, il n'était pas rare que je ne garnisse mes tartines que de charcuterie, alors que maintenant, si j'aime toujours rajouter une tranche de chorizo pour le goût, je préfère largement remplir le tout de divers légumes tout en gobant des tomates-cerises. Tout ça pour dire que je suis d'accord sur le fait que la place de la viande dans l'alimentation est largement excessive, pour autant je pense que tomber dans l'excès inverse n'est pas nécessairement une bonne chose, et qu'il y a d'autres débats plus pressants à mon sens, mais ça je l'ai déjà développé clin d'oeil.

Après je n'ai rien contre les végés qui agissent par conviction personnelle sans imposer leur choix aux autres, comme le dit Djipi chacun fait ce qui lui plait. Malheureusement, le phénomène est souvent lié à un effet de mode qui rameute des pseudos altermondialistes qui se font un plaisir d'agresser copieusement ceux qui ne sont pas de leur avis et noient du coup la réflexion... Le débat est pourtant plus profond et plus complexe que ce qu'on nous assène.
Journalisée

Loulou
Zora
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 602



« Répondre #12 le: 06 Décembre 2014 à 20:41 »

Bon, je vais vite me sentir seul sur ce topic mais bon. Je suis végétarien depuis bientôt 5 ans. Alors, je vous le dis tout de suite, je ne cherche, en aucun cas, à "prêcher la bonne parole", vous avez peut-être rencontré des végéta(l/r)iens un peu dogmatiques sur les bords, mais je n'en fais pas partie.
Alors, ce qui m'a fait changer "de bord", à l'origine, c'est une indigestion après avoir mangé de la viande rouge, j'ai eu un certain dégout pendant une semaine (j'évitais d'en manger parce que rien que d'y penser ça me donnait mal au ventre). Puis du coup pendant cette semaine, j'ai repensé à toutes les raisons pour lesquelles j'avais essayé de devenir végétarien (bon au final, ça n'avait pas été plus loin), donc là j'ai réellement envisagé d'arrêter. Puis au bout d'une semaine, un mois, etc... Pas de sentiment de frustration ni de manque. A vrai dire, j'ai jamais vraiment adoré la viande donc à la limite ça m'a pas plus dérangé.
Les deux raisons principales, plus ou moins évoquées plus haut, qui m'ont motivé à faire ce "changement", c'est psychologique (maintenant qu'on peut se passer de manger de la chair, rarement produite de la manière la plus clean, pourquoi continuer ? Après, c'est personnel, mais depuis que je suis petit, manger un animal mort, ça ne me faisait pas forcément plaisir, alors que de nos jours c'est en partie pour se faire plaisir qu'on en mange) et économique/écologique (la production de bétail prend bien trop de place et de ressources pour une telle population). Il y a aussi le fait qu'élever un animal pendant des années, souvent dans des conditions de merde, pour un repas d'un quart d'heure, ça me fait un peu tilter. Après, on peut dire pareil pour les légumes, mais la durée de production est généralement plus courte.
Enfin, depuis un an et demi, un autre point positif est apparu : je suis en appart, la viande c'est cher, donc j'ai moins de frustration quand je dois faire des économies.  Mister Green

Donc bon, je le répète, c'est ce qui m'a convaincu et je ne vous blâme pas si ces arguments ne tiennent pas pour vous. Par contre, je sais que c'est définitif : je ne me remettrai jamais à manger de la viande, quoi qu'on me dise, sauf cas extrême.
Mais c'est vrai que c'est quelque chose de très personnel, la preuve, chacun réagit différemment.
Journalisée
Cakek
Gerudo
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 454



WWW
« Répondre #13 le: 12 Décembre 2014 à 00:17 »

Malheureusement, le phénomène est souvent lié à un effet de mode qui rameute des pseudos altermondialistes qui se font un plaisir d'agresser copieusement ceux qui ne sont pas de leur avis et noient du coup la réflexion...

Et pourtant, ce sont le plus souvent les pro-viande qui lancent le débat pour essayer de convaincre les végétariens que le végétarisme est absurde. Nous en avons l'illustration ici même avec ce topic.
Journalisée

Affrontons nos destins frigides d'un optimisme obsolète
Nos yeux se referment à l'unisson sur ce même tableau de défaite.
Supersigo
Gerudo
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 119


You've met with a terrible fate, haven't you?


« Répondre #14 le: 13 Décembre 2014 à 01:14 »

Et pourtant, ce sont le plus souvent les pro-viande qui lancent le débat pour essayer de convaincre les végétariens que le végétarisme est absurde. Nous en avons l'illustration ici même avec ce topic.

Alors là, je ne suis pas d'accord. J'ai justement crée ce topic parce qu'entendais trop souvent des opinions pro-végétariennes. De plus, je vois constamment des articles / messages de personnes / blogs pro-végétariens, mais très rarement pro-viande.^^

edit : Et puis comme dit Antevre, mon but n'était pas de convaincre les autres, au contraire, je demandais des arguments pro-végé!
« Dernière édition: 13 Décembre 2014 à 20:18 par Supersigo » Journalisée
Antevre
Sheikah
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 083


ts;dr


« Répondre #15 le: 13 Décembre 2014 à 16:08 »

Malheureusement, le phénomène est souvent lié à un effet de mode qui rameute des pseudos altermondialistes qui se font un plaisir d'agresser copieusement ceux qui ne sont pas de leur avis et noient du coup la réflexion...

Et pourtant, ce sont le plus souvent les pro-viande qui lancent le débat pour essayer de convaincre les végétariens que le végétarisme est absurde. Nous en avons l'illustration ici même avec ce topic.
Je pense que le but était surtout d'en discuter, Supersigo voulait simplement confronter son ressenti à celui des autres.

Puis bon, si on joue sur ce terrain-là, je connais des végétariens depuis toujours, notamment dans ma famille, et ils n'ont jamais été stigmatisés pour cela, et à ma connaissance personne n'a jamais critiqué leur choix, alors que je me souviens plusieurs fois qu'on a essayé de me convaincre que la viande c'était mal...

Après je généralise pas, tous les végétariens ne sont probablement pas comme ça (il suffit de voir l'intervention mesurée et constructive de Loulou pour s'en rendre compte). Mais voilà, quand je vois au moins une fois par semaine une connaissance Facebook qui se met au végé et qui en profite pour insulter les mangeurs de viande, je ne peux que constater que certains abrutis y trouvent un moyen de se donner un genre et de prendre les autres de haut... Faisant du tort aux mouvements végés par la même occasion.
Journalisée

Pages: [1] Imprimer 
Forums Zelda Solarus  |  Autres  |  Divers  |  Sujet: Végétarisme, végétalisme et autres végémachins
Aller à:  

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006, Simple Machines XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !
Zelda Solarus 2009Skin par Eidarloy
www.zelda-solarus.com