Retour à l'accueil
Accueil Aide Rechercher Calendrier Identifiez-vous Inscrivez-vous
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Avez-vous perdu votre courriel d'activation?
20 Novembre 2019 à 10:37

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Règlement | Grades du forum | L'équipe de modération | Album photo | Chat
Rechercher:     avancée
Forums Zelda Solarus  |  Fans  |  Fan Fics  |  Topic: Meurtre chez les Latable 0 Membres et 1 Invité sur ce sujet.
Pages: [1] Imprimer
Auteur Sujet: Meurtre chez les Latable  (Lu 4470 fois)
Cetais
Gerudo
*
Offline Offline

Messages: 2 486


Tes bras sont comme des brioches aux bouts pointus.


Courriel
« le: 02 Septembre 2013 à 05:44 »

Je pensais utiliser mon Recueuil de texte pour mettre celui ci, mais à mon avis, il est de loin beacoup trop grand pour ça  :ninja:
C'est mon plus grand texte pour l'instant, écrit juste aujourd'hui. :)

Je n'ai pas grand chose à dire ici, si ce n'est que c'est aussi une connerie dans le genre de CH: Cetais' Harem
J'ai écris le tout d'un seul jet, qui m'a duré 4 longues dures heures. Marci de bien commenter, une fois lu, si possible.

(Et mes amis me font déjà pression pour une suite! D: )
------------------
Meurtre Chez les Latable Écrite le 1 septembre 2013


La pluie s'abatta rapidement sur le sol, créant une ambiance sonore devant la famille en pleurs. Le grand-père, Antoine-Laule venait de s'effondrer sur le sol. La jeune Jennifer, tenant les bras de son frère jumeau, Paul, ne pouvait s'empêcher de pleurer. Un long silence fut, jusqu'au moment où la grand-mère Léa, maintenant veuve, leva la voix:

-Mais pourquoi dieu à t'il décidé d'abattre notre très cher Antoine-Laule en plein milieu de la réunion annuelle de la famille, lors du temps des fêtes?

Les membres de la famille, au nombre de onze, étaient tous autour de la table, devant un ragoût à l'apparence douteuse, créée par la tante Maryse, fille de Léa et Antoine-Laule. Quand elle n'était pas en train de parler dans le dos de quelqu'un, elle devait être en train de s'auto proclamer comme étant vierge, et n'ayant jamais eu d'homme lui volant sa pureté. Bien qu'étant tout de même assez jeune (d'après ses dires) elle était experte niveau cuisson. Pour ce qui est l'apparence de ses plats, c'était une tout autre histoire. Sous le poids de ses quarante-quelque chose années, elle avait déjà servi à tout le monde son ragout, bien que seulement Antoine-Laule, le vieux grand-père, eu l'occasion d'y gouter, pour l'instant.

-N'est-ce pas bizarre que père est tombé dès sa première gorgée? Soeur Maryse l'a tué avec son ragoût douteux!

Vincent, fils d'Antoine-Laule et Léa, deuxième née, utilisa un ton accusateur sur Maryse. Toute la famille fit un bruit distinct montrant leur manque de souffle. La jeune Jennifer était toute recroquevillée sur elle même, aux côtés de Paul, montrant à quel point elle avait peur.

-Arrête d'accuser les autres à tort et à travers, Vinçounet. C'est une situation inquiétante, mais je crois que Maryse n'y est pour rien.

Cette douce voix était celle du copain de Vincent, formant tous les deux un couple homosexuel. Son nom était Antoine. La similarité de son nom et de celui du grand-père était assez souvent la cause de quelques quiproquos familiaux. Le couple était à la charge d'un seul jeune adulte, au nom de Crobert. Lors de son plus jeune âge, Crobert fût adopté par le couple gai de la famille des Latable. Bientôt dans les vingt ans, Crobert était, tout comme ses pères, gais, lui aussi. Il était en couple avec un certain Klaüd, un jeune allemand, parlant d'un français impeccable. Bien que personne ne s'en doutait, Klaüd possédait un amant au nom de Jemrÿ, bien que ça, c'est une tout autre histoire.

-Tu... Tu as raison. Excuse-moi, soeurette Maryse, je ne sais pas ce qui m'a pris...

Vincent s'était finalement calmé. Il serra la main de son copain, juste à ses côtés, pour ensuite se regarder dans les yeux. La grande soeur, Ariel, tira la langue pour montrer son dégout devant la scène d'amour entre les deux hommes.

-Je déteste tellement les tapettes comme mon frère, Vincent.

Ariel; approchant de la soixantaine, était dans les bras de son amour, en couple depuis ses quinze ans. Une jeune brune répondant au nom de Bas était son amour de toujours. Oui, elle était en couple avec une personne du même sexe. Sauf que, comparée à Vincent et Antoine, elle n’était aucunement portée vers le romantisme. Du moins, selon ses dires. Elle avait juste honte de montrer son amour comme les autres, devant toute sa famille.

-Chérie, tu es vraiment irrespectueuse avec ton frère aujourd'hui, je vais devoir te donner une fessée!

Cette voix était celle de Bas. La gêne, c'était quelque chose d'un autre monde pour elle; elle ne connaissait aucunement ça. Son regard croisa lentement celui d'Ariel, pour ainsi se regarder droit dans les yeux pendant quelques secondes, pour ensuite s'embrasser passionnément. Ce n'est qu'une dizaine de secondes dans le baiser qu'une voix se leva, semblant plutôt mal à l'aise:

-N'avez-vous pas oublié que le cadavre de notre grand-père est toujours là, gisant sur le sol, pendant que vous vous embrassiez langoureusement?

Dans le but que la famille puisse revenir à ses sens, Crobert avait décidé d'user de sa jolie voix. Après tout, ils étaient en situation de crise, pas en situation de bientôt avoir des relations sexuelles. Grâce à ses paroles, Crobert pû enfin remettre de l'ordre dans la situation familiale, afin que tout le monde puisse continuer à se concentrer sur le décès du grand-père Antoine-Laule, et non sur les vêtements de leurs amoureux respectifs. Après tout, voir presque chaque couple ensemble, c'était quelque chose à éviter, pour ne pas mettre la divine colère de la vierge Maryse à son dos.

-La... La table...Il...

La jeune Jennifer essaya de parler aux adultes, face à la terreur de la situation. Bien qu'elle avait déjà maintenant presque dix ans, parler à la famille était une véritable épreuve afin de battre sa gêne. Il faut dire, sa famille n'aidait aucunement. Surtout pas ce qu'Ariel répondit à sa propre fille:

-Mais ferme là, Jennifer! On est dans un moment critique!

Une gifle se fit entendre. Gifle provenant de Bas.

-Je te l'accorde, c'est un moment de crise, mais ne parle aucunement à notre fille comme ça!

Jennifer s'était cachée derrière son frère, Paul, afin de ne pas voir sa mère gifler son autre mère. Jennifer ne voulait que faire remarquer l'absence de Maryse à la table. Avant même qu'elle puisse reprendre le courage de parler, un cri se fit entendre en bas, ressemblant facilement à un cri que Maryse pourrait facilement produire. Le cri fût suivi d'un bruit de vitre cassée. La famille se dépêcha à descendre les marches, voir ce qui s'était produit. Seuls Jennifer et Paul restèrent en haut. C'était aussi les seuls qui avaient remarqué l'absence de Maryse.

Une fois en bas, dans le grand hall d'entrée, avec les tonnerres grondants, la porte était ouverte. Le grand lustre de riche, étant la fierté du grand-père Antoine-Laule, était tombé sur le sol. L'éclairage, maintenant sombre dû à l'absence de lustre, pouvait quand même montrer le liquide rouge autour de la zone où la grande installation de lumière était tombé.


-Maryse, où est Maryse?

Léa était sous le choc. Le grand-père était mort, et maintenant c'était au tour de Maryse. Son coeur n'en pouvait vraiment plus, elle le sentait vibrer dans sa poitrine de plus en plus fort, depuis le début.

-N'aviez-vous pas vu que Maryse était absente depuis le moment où Bas a parlé de fessée? Je crois que la jeune Jennifer a essayé de vous le dire, mais Ariel l'en a complètement empêché...

C'était finalement au tour de Klaüd de parler, chose qu'il n'avait pas encore faite depuis que toute la famille s'était réunie, dû à son caractère plutôt taciturne.

-Je cr...

Léa n'ayant aucunement le temps de finir ce qu'elle voulant dire, tomba sur le sol,ce qui permit de voir la tête de tout le monde se tourner vers elle, de manière synchronisée, lorsque sa tête toucha le sol. Lors de l'impact, un liquide rouge jaillit de la tête de Léa, ce qui leur fit tous penser à un meurtre.

-Jennifer et Paul! Je dois les protéger! Je suis sûr qu'un tueur en série en entrée par la porte, a tué Maryse et Léa, et s'apprête à tuer nos enfants!

Bas courra le plus vite possible dans les marches, la sécurité de ses enfants était sa priorité. Faute d'inattention, elle glissa sur du liquide rouge dans les marches, et faillit s'éclater la tête dans l'escalier. Remplie de courage, elle s'accrocha à la rampe et continua sa montée.

Ce n'est que près de la moitié des marches qu'un cri provenant de l'étage supérieur se fit entendre. Un cri provenant d'une voix distincte, un cri provenant de Jennifer, suivi d'un bruit de porcelaine cassée et de table brisée.

Une fois au sommet, Bas contempla la scène. La table était sur le sol dans une position étrange, montrant aisément les quelques pattes nouvellement cassées. La vaisselle était parsemée sur le sol, bien que le tout brisé. L'ambiance de la pièce était plutôt lugubre, surtout qu'il manquait la présence des enfants.


-Qu'y a t'il en haut, chérie?

Cette fois-ci, Ariel était curieuse. Vraiment curieuse. Il faut dire, une série de bruit comme ça était une solution miracle pour rendre quelqu'un de curieux.

-Les enfants... !

Bas criait de toutes ses forces, dans l'espoir que sa copine, Ariel, puisse l'entendre. Toujours aussi curieuse, elle grimpa les escaliers pour rejoindre sa copine.

Effrayé par la situation, Crobert se fit enlacer par les bras de son amoureux, Klaüd, avant de regarder ses pères, mains dans la main, inspectant le lustre avec attention. Toute leur attention était dirigée sur le lustre, et non sur le plancher. Dû à l'impact du lustre massif sur le sol, certains endroits semblaient plus fragiles que d'autres, chose tout à fait naturelle pour Crobert.

-Attention, pères!

Il ne fut pas assez rapide, le sol s'écroula sous les pieds de Vincent. Par chance, Antoine était sauf, tenant fermement la main de son copain, se trouvant maintenant dans le vide.

-Vincent, je ne vais jamais te lâcher!

Leurs mains, toujours ensemble, semblaient vouloir lâcher prise. Le poids de Vincent dans le vide, tenu par Antoine laisser le sol craquer, pouvant donc agrandir le trou et faire tomber tout ce qui est sur l'étage avec eux.

-Antoine, je ne vais jamais lâcher prise... Je t'aime!

Klaüd et Crobert étaient tous les deux dégoutés devant cette scène à l'eau de rose. Bien que les deux comptaient les aider, ils n'étaient pas assez rapides; Vincent était tombé, sans lâcher la main d'Antoine, car lui aussi était tombé dans l'étage inférieur.

-Tante Ariel? Tante Bas?

Crobert essaya d'appeler les femmes à l'étage supérieur, sans réponse. Il était terrorisé, il ne pouvait s'empêcher de penser à ce qui s'était passé en haut. Était-ce un meurtrier en série en haut, comme Bas le pensait? Pourrait'-il se sauver avec Klaüd de ce lieu macabre ? Il se mit en position foetale pendant de longues secondes.

-Ça y est, ce tour de magie est terminé?

Klaüd n'avait aucunement été aggravé par la situation, il avait toujours gardé son calme depuis le début. Pour lui, ce n'était comme si rien ne s'était passé.

-Tu ne comprends pas; toute ma famille est maintenant morte! Klaüd, tu es tellement stupide!

Crobert s'en vint pour gifler son copain, mais une voix se fit entendre en dessous du lustre, suivi d'un grand coup de tonnerre:

-...Mes tomates... Qu'est-il arrivé à mes tomates?

Crobert ne comprenait rien. La voix ne pouvait pas venir d'en dessous du lustre, c'était le cadavre de Maryse qui y gisait. Il y avait même du sang tout autour pour prouver sa mort! Il commença à trembler, puis se recroquevilla, encore. Était-ce un mauvais esprit, essayant de communiquer avec lui ?

-Crobichou, tu ne comprends rien. Pour commencer, ce n'est pas du sang, mais du jus de tomate. Maryse à survécu l'Attaque du lustre, tu n'as qu'à penser comment il est fait. Léa ne s'est qu'évanouie, Antoine-Laule a eu une légère crise cardiaque, personne n'a vérifié son pouls. Je veux dire, suffit de le regarder quelques secondes pour comprendre qu'il n'est pas mort.

Le copain de Klaüd était sur le bord des larmes, il ne pouvait s'empêcher de pleurer lorsqu'il expliqua sa vision des choses. Klaüd déposa sa veste sur Crobert, et aida a soulever le lustre, avec l'aide de Maryse prisonnière sous le lustre. Juste après avoir aidé Maryse, Antoine et Vincent était de retour. Par chance, le couple avait atterri sur un des lits vacants, au sous-sol.

Léa reprit conscience, quelques minutes après. Ariel, Bas, ainsi que leurs enfants étaient en haut, tous ensemble. Paul expliqua à Crobert que Jennifer avait juste eu la trouille de sa vie lorsqu'une araignée l'avait pris par surprise, au point même de briser la table ainsi que la vaisselle sur le sol. Ils se sont juste enfuis loin après, question de ne plus voir l'araignée.

Le grand-père Antoine-Laule était là, juste derrière eu. Il expliqua avoir juste eu une petite défaillance, allant beaucoup mieux maintenant.

-Pourquoi ai-je plein de jus de tomates dans les cheveux?

C'était la première phrase de Léa, depuis qu'elle s'était évanouie. Sa tête avait heurté une tomate, que seul Klaüd avait remarquée.

-Je me suis rappelé avoir oublié mes tomates dehors, je suis partie les chercher. Une fois à l'intérieur, j'ai remarqué que j'ai mal fermé la porte, mais le chandelier est tombé sur moi. Si je n'avais pas fait un ou deux pas vers la porte, j'aurais surement été morte écrasée...

Quelques minutes plus tard, la pluie et les éclairs avaient cessé, la famille Latable prise l'idée de s'installer dehors, maintenant que la maison était en ruine.

Même pas une heure après leur arrivée dehors, la discussion reprit son cours, où toute la famille parla en coeur. Inaudible pour toute la famille réuni, Antoine-Laule chuchota, pour lui même:

-La prochaine fois, je vais tous vous tuer... J'ai raté ce coup-ci, mais la prochaine fois...

Léa était triste de ne pas avoir tué personne de la famille, pour l'instant...

Bas, faisant un calin à Ariel, chuchota dans son oreille:

-Comment on s'arrange pour tuer Maryse et Vincent la prochaine fois? On a lamentablement raté pour Maryse...

Maryse était, elle aussi, triste que son plan n'eût pas marché. Si seulement le grand-père n'avait pas faussé, mourir une seconde avant de manger le ragoût, tout le monde aurait été mort empoisonné.

Jennifer, ayant les oreilles très développées, avait entendu ce que le grand-père et sa mère avaient dit. Paul, ayant les mêmes capacités que Jennifer, dit à sa soeur jumelle:

-Ouais, je crois que je préfère la famille morte, j'en suis sûr. Un peu plus et Maryse aura réussi. Tu te souviens toujours du plan pour tous les tuer? Ça va être impeccable...

Klaüd chuchota quelque chose dans l'oreille de Crobert, qui fût inaudible pour personne, d'autres que Crobert, même pas les jumeaux maléfiques:

-N'oublie pas, je suis là juste pour t'aider à les tuer. Tu vas me devoir près de huit semaines de payement, une fois la famille morte. Je n'en peux plus être ton copain devant ta famille, je suis juste un meurtrier, pas ton amour. Et prochaine fois, reste fort, tu as carrément perdu les pédales vers la fin...

Ce n'est qu'à ce moment-là que Vincent glissa un message dans la poche d'Antoine, lisant ce qui suit:

Quote
"N'oublie pas, celui qui tue toute la famille ramasse l'héritage laissé par l'arrière grand-père. La famille Latable, grande famille de meurtrier. Tu t'es malheureusement mêlé au conflit, tu ne peux plus partir. Je t'aime."
En bref, ce fut donc une journée totalement normale chez les Latable, sans aucun véritable décès... Pour l'instant.

~FIN~
« Dernière édition: 02 Septembre 2013 à 05:45 par Cetais » Journalisée
Valoo
Modérateur global
Héros
*
Offline Offline

Messages: 9 232


Membre depuis le 23 mai 2003


Courriel
« Répondre #1 le: 03 Septembre 2013 à 05:00 »

La pluie s'abatta rapidement sur le sol...
Ça commence bien ! :p

Je n'ai pas lu la suite, mais je voudrais simplement savoir une chose : est-ce que le mort chez les Latable est enterré au Père Lachaise ?
Journalisée

Suivez mon défi fou : finir de nouveau chaque Zelda, à 100%, dans leur ordre chronologique afin de permettre une réécriture au fur et à mesure de la légende.
Cetais
Gerudo
*
Offline Offline

Messages: 2 486


Tes bras sont comme des brioches aux bouts pointus.


Courriel
« Répondre #2 le: 24 Février 2014 à 23:20 »

J-Je croyais avoir déjà répondu...

La pluie s'abatta rapidement sur le sol...
Ça commence bien ! :p

Je n'ai pas lu la suite, mais je voudrais simplement savoir une chose : est-ce que le mort chez les Latable est enterré au Père Lachaise ?
Nope, désolé.
... Maintenant que j'y pense, je n'ai jamais parlé d'enterrement, mais juste de meurtre...

.... Je garde ton idée pour ma prochaine connerie!
Oups, pardon, je veux dire texte.
Journalisée
Pages: [1] Imprimer 
Forums Zelda Solarus  |  Fans  |  Fan Fics  |  Topic: Meurtre chez les Latable
Aller à:  

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 2.0.15 | SMF © 2006, Simple Machines LLC XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !
Zelda Solarus 2009Skin par Eidarloy
Solarus-Games